Liquide céphalo-rachidien - plexus choroïdes

Généralités

Le système nerveux central est entouré par le liquide céphalo-rachidien (LCR).

Ce liquide céphalo-rachidien (LCR) est réparti dans deux espaces distincts:
• l'espace sous-arachnoïdien qui est un espace externe au système nerveux central (cerveau et moelle épinière)
• le système ventriculaire qui est un espace situé à l'intérieur du cerveau.

Le plexus choroïdien sécrète le liquide céphalo-rachidien. Ce plexus choroïdien se trouve dans le système ventriculaire (plus exactement dans le corps et une partie de la corne temporale des ventricules latéraux, ainsi que dans le toit des IIIème et IVème ventricules).

Le LCR, produit dans le système ventriculaire, sort du cerveau pour s’écouler dans les espace sous-arachnoïdiens via les foramens de Luschka et Magendie.

Le liquide céphalo-rachidien est résorbé via des structures localisées le long du sinus veineux longitudinal supérieur (granulations de Paccionni) et des trous de conjugaison.

Rôle du liquide céphalorachidien

Le liquide céphalorachidien a une fonction essentiellement de protection, en maintenant le systeme nerveux central dans un environement physique et chimique constant. Le LCR participe aussi à la nutrition du tissu nerveux.

Le LCR est aussi une voie de disséminations de pathologies qu’elles soient infectieuses ou tumorales (voie de métastatisation possible pour certains types de tumeurs intracérébrales).

Pathologie et liquide céphalorachidien

Le liquide céphalorachidien est de couleur clair (transparent) et sa composition est relativement constante. Toute variation importante peut être l'indice d'une pathologie et l’analyse du liquide céphalorachidien peut donner des informations diagnostiques. Le prélèvement de LCR est généralement réalisé dans la région lombaire basse (en dessous du cône terminale).

La découverte de sang dans le Liquide céphalorachidien peut être l'indice d'une hémorragie méningée. La mise en évidence de cellules inflammatoires (globules blancs, lymphocytes) peut signifier méningite bactérienne ou virale. L'existence de cellules malignes peut orienter vers une pathologie tumorale. L’analyse des gamma-globulines peut permettre le diagnostic d'une sclerose en plaque.

Illustrations

Image 1. IRM cérébrale, coupe axiale, Pondération T2.  1, Plexus choroïde (carrefour ventriculaire). 2, Fissure latérale de Sylvius. 3, IIIème ventricule.

plexus-choroides-1_fs
  • Image 1. IRM cérébrale, coupe axiale, Pondération T2.  1, Plexus choroïde (carrefour ventriculaire). 2, Fissure latérale de Sylvius. 3, IIIème ventricule.

  • Image 2. IRM cérébrale, coupe axiale, Pondération T2.  1, Plexus choroïde. 2, Corne frontale du ventricule latérale. 3, Corps calleux.

  • Image 3 de 3. IRM cérébrale, coupe coronale, Pondération T2.  1, Plexus choroïde (dans les ventricules latéraux). 2, Cervelet.

Bibliographie

• Harnsberger HR, Osborn AG, Ross JS, Moore KR, Salzman KL, Carrasco CR, Halmiton BE, Davidson HC, Wiggins RH. Diagnostic and Surgical Imaging Anatomy: Brain, Head and Neck, Spine. 3rd ed. Salt Lake City, Utah. Amirsys. 2007.
• Bourjat P, Veillon F. Imagerie radiologique tête et cou. Paris, Vigot. 1995.
• Gouazé A, Baumann JA, Dhem A. Sobota. Atlas d'Anatomie humaine. Tome 3. Système nerveux central, système nerveux autonome, organe des sens et peau, vaisseaux et nerfs périphériques. 1er éd. Paris, Maloine. 1977.
• Kahle W, Cabrol C. Anatomie. Tome 3: Système nerveux et organe des sens. 1er éd. Paris, Flammarion. 1979.